Salles d'étude de la bibliothèque sur le campus

Head Strong: Comment j’ai géré ma santé mentale pendant que j’étais à l’université

Katie partage ses expériences personnelles en entrant à l’université alors qu’elle était confrontée à des problèmes de santé mentale tels que l’anxiété et la dépression. L’accès à certains des services d’assistance disponibles a permis à Katie de s’épanouir pendant son séjour à Warwick. Lisez à propos de son voyage ici …

Lorsque j’ai envisagé pour la première fois de retourner à l’université après une longue interruption, c’était à un moment où ma santé mentale et mon bien-être étaient primordiaux. J’avais récemment eu une rechute majeure de mon trouble anxieux et j’avais lutté contre la dépression en conséquence. Je voulais vraiment faire la maîtrise en écriture à Warwick dans le cadre de mon plan d’action de rétablissement.

Comme je l’ai mentionné plus tôt, j’ai choisi le cheminement à temps partiel pour faire face à ma peur des délais et de la charge de travail pour l’année et pour assurer un bon équilibre travail-vie personnelle pendant toute la durée du cours. De plus, j’étais très ouverte sur ma maladie mentale au cours des premières semaines du semestre.

Lorsque je me suis inscrit, j’ai coché la case indiquant que j’étais un étudiant handicapé et j’ai écrit quelques informations sur mon expérience. Cela m’a été utile car cela m’a identifié comme étant en mesure d’obtenir des informations sur les services de santé de l’université. J’étais ouvert d’esprit lorsque nous avons rencontré pour la première fois mon tuteur personnel et il a pu m’orienter vers les directives de l’université pour faire face aux délais et aux circonstances atténuantes si nécessaire. Cela m’a aidé à être moins anxieux en général lors des évaluations, car je savais que je pouvais faire quelque chose si mon anxiété ou ma dépression affectait ma capacité d’écriture.

Lire  Note de l'éditeur : Bienvenue à Warwick

J’ai ensuite été contacté par l’équipe Wellbeing qui m’a parlé du rôle des coordonnateurs de la santé mentale dans l’équipe des services de bien-être et des nombreuses informations de soutien sur le site Web de l’université, ainsi que des services supplémentaires (tous gratuits pour les étudiants) tels que des ateliers et des conseils.

On m’a proposé un coordinateur qui pourrait être un point de contact non universitaire si j’avais besoin de conseils pour faire face à une situation ou comment obtenir du soutien. Nous avons eu une première rencontre sur Skype et elle m’a posé des questions sur moi-même et sur les situations qui pouvaient se présenter à l’université et comment y faire face. Un problème potentiel qui me préoccupait était d’enseigner un « jour de congé ». Je ne voulais manquer aucun de mes cours, mais je savais que parfois je ne me sentais pas assez bien pour être sociable ou même communiquer avec les gens. Nous avons développé une stratégie sur la façon de gérer cela et elle m’a expliqué avec mon tuteur personnel comment y remédier. Mon tuteur personnel a également été d’une grande aide car il était déjà conscient des problèmes auxquels de nombreux étudiants étaient confrontés et voulait donner aux étudiants les moyens de gérer les problèmes de manière soutenue plutôt que de laisser les choses dégénérer et empirer. Je sais également que l’équipe de vie résidentielle pour les étudiants sur le campus est également formée pour orienter les étudiants vers tous les services de soutien disponibles sur le campus.

Lire  Discussions numériques : animation de séminaires en ligne

Mon coordinateur de santé mentale m’a également informé sur l’allocation d’invalidité et la possibilité de financer un soutien supplémentaire. J’ai postulé via Student Finance England (SFE) et j’ai assisté à un rendez-vous d’évaluation très simple et convivial. J’ai découvert des logiciels utiles et des séances hebdomadaires avec un mentor en santé mentale. Bien que payé par SFE, mon mentor a travaillé dans l’équipe Warwick Wellbeing. Après la mission, nous nous sommes rencontrés chaque semaine à un moment qui me convenait le mieux. Le rôle des mentors diffère du conseil ou de l’orientation générale. C’est un endroit sûr pendant une heure pour discuter de la façon de m’assurer que je fais de mon mieux à Warwick.

Tout d’abord, nous avons examiné mes objectifs pour mon séjour à la maîtrise et certains des obstacles auxquels j’ai été confronté. Ensuite, nous avons proposé des idées sur la façon de les résoudre, et chaque semaine, nous avons suivi les actions que je prenais et les progrès que je faisais, mais dans une salle sans jugement et sans culpabilité. Et quand quelque chose d’inattendu arrivait, on prenait toujours le temps de l’examiner.

Les sessions signifiaient que j’ai toujours su que je pouvais me tourner vers un endroit où me tourner quand il y avait trop de monde, et me souvenir de toutes les choses que j’avais accomplies à l’université, et sans aucun doute, elles ont fait une énorme différence dans la gestion de ma peur. et respecter les délais tout au long de mon cursus.

Je suis content d’avoir conservé tous les e-mails reçus au début de mon cours. Parfois, j’avais l’impression d’en recevoir trop pour naviguer et des informations importantes auraient facilement pu être perdues dans ma boîte de réception. Heureusement, je les ai conservés et lus au bon moment, puis j’ai pu assurer le suivi de l’aide et du soutien disponibles.

Lire  Could this report be the definitive answer to your technology?

Add a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *