L'expérience universitaire : conjuguer études et vie sociale

L’expérience universitaire : conjuguer études et vie sociale

Il est sûr de dire que lorsque toutes les études s’additionnent, les choses peuvent vraiment vous assommer. J’ai découvert qu’étudier à Warwick peut être intense. La mentalité de travail est forte et la concurrence peut être féroce. Voici donc quelques conseils sains pour vous assurer de tirer le meilleur parti des deux mondes entre la vie sociale universitaire et la vie professionnelle … Publié par Lillie Almond

Intégrer l’étude au temps social

La place est un endroit idéal pour ceux qui ont suffisamment d’autodiscipline pour équilibrer leur vie sociale et scolaire. Et pour ceux qui n’ont pas cette maîtrise de soi si importante, c’est plus facile qu’il n’y paraît : programmez des heures de travail dans la grille d’étude ou dans une pièce calme qui, vous le savez, fonctionnera pour vous. Par exemple, vous pouvez parler à des tuteurs et réserver des salles pour le travail, en solo ou en groupe. Équilibrez ces heures de travail planifiées avec des pauses déjeuner, une occasion de socialiser et de s’évader du travail, selon vos besoins.

Retirez-vous de vos études

Le salon de lecture au 1er étage est un excellent moyen d’avoir de l’espace libre. Il en va de même pour tous les cafés du campus, y compris Curiositea, qui organise des jam sessions hebdomadaires avec de la musique acoustique en direct.

Une autre sortie facile d’accès pour votre esprit, le cinéma étudiant de l’université propose une gamme de films abordables sur lesquels vous ne tomberiez normalement pas. Les ventes au box-office se jouent également, et une fois de plus l’autodiscipline peut tirer le meilleur parti du fait que le cinéma est sur le campus.

Il se passe aussi quelque chose dans la bibliothèque. Pendant les examens, il y avait une discothèque silencieuse dans la bibliothèque et même des visites de certains chiens PAT. Le Modern Records Center possède une salle d’exposition qui vaut vraiment le détour. Et il y en a plus qu’assez pour vous, étudiants de troisième cycle!

Alors cette autodiscipline dont on ne cesse de parler ? Comment y accéder et le transmettre ?

Organisez et décomposez ce que vous devez faire – pas comme des morceaux énormes et effrayants, mais comme de petits objectifs réalisables. Fixez-vous des délais et des échéances pour ceux-ci et récompensez-vous pour avoir vérifié les choses une par une. Ces récompenses peuvent faire partie intégrante de votre vie et de vos études, ou être une exception à votre routine normale, impliquant des activités telles que des activités sociales, de l’exercice (qui libère des endorphines), aller au cinéma ou prendre un verre ou un dîner en soirée.

Contrôle-toi

Définissez des limites pour les sessions d’étude en configurant des rappels téléphoniques ou des minuteurs. Apprendre est plus un cross-country qu’un sprint, alors assurez-vous de recharger vos batteries.

Mais ça va dans les deux sens… Si vous savez vous-même que la discipline n’est pas votre fort, laissez vos amis vous aider ici. Faites-leur connaître vos échéances et vos objectifs (et assurez-vous que ce sont les amis qui les mettent en place !) Mettre en place de tels précurseurs à l’avance est un moyen constructif de contenir votre moi plus frivole dans les heures qui suivent.

Penser à l’avance

Si sortir le soir nuit à vos études, pensez à votre routine. Cela rend le lendemain d’étude beaucoup plus gérable et supportable.

Nous aimerions entendre des conseils précis sur la façon de gérer cela. Y a-t-il des événements, des salles ou des services que vous trouvez particulièrement propices ou utiles lorsque vous travaillez ou jouez ?

Bloc de description de titre

Afficher au complet

« > Image: Nine Cocktailbar / Elizabeth / CC BY-NC-ND 2.0

Comme ça? Tweet ça!

#studyblog

Add a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *