Réflexions sur le semestre 1 - S'habituer aux études de troisième cycle

Réflexions sur le semestre 1 – S’habituer aux études de troisième cycle

« Ce terme est passé en un éclair. » Aussi cliché que cela puisse paraître, cela semble toujours être vrai. Tant de choses se sont passées en si peu de temps ! Dans cet article, je partagerai mes réflexions sur la transition des études de premier cycle aux études supérieures en tant qu’étudiant diplômé et les observations de mon premier semestre ici à Warwick.

1. Changer les priorités

Je me souviens que pendant mes études de premier cycle, j’avais basé mes priorités sur l’expérience de l’université dans son ensemble. J’ai réfléchi à la façon dont je me ferais de nouveaux amis, aux clubs que je voulais rejoindre et à la façon dont je pourrais combiner une vie variée à l’université avec mes études. J’ai maintenant remarqué que ces priorités ont un peu changé lorsque j’entame mon master. Établir des relations est toujours important (nous y reviendrons dans un instant), mais je devais me concentrer principalement sur mes études et sur la façon dont je peux me soutenir financièrement tout au long de l’année. Concernant ce dernier, il est important de noter que, contrairement au prêt Bachelor, qui était pour moi trois prêts distincts ; Prêt de scolarité, prêt d’entretien et bourse d’entretien, le prêt d’extension dans sa forme actuelle fonctionne différemment. Il s’agit d’un montant forfaitaire qui s’étale sur l’année en trois versements et couvre les frais de scolarité de votre master en un an et le reste de vos frais de subsistance. Pour moi, cela a laissé un peu moins de 2 000 £ de frais de subsistance pour toute l’année cette année et a ajouté à la nécessité de trouver des moyens de compléter le prêt qui a été accordé. Bref, j’ai dû beaucoup réfléchir à la façon dont je dépense mon temps et mon argent cette année.

Lire  Découvrez vos bibliothèques locales - des lieux d'apprentissage alternatifs près de chez vous!

2. Commencer par le numéro un

À tous égards, j’ai dû repartir de zéro dans un nouvel environnement : errer sans but à travers un nouveau campus, faire face aux exigences d’un nouveau diplôme et, en général, négocier le passage du premier cycle au troisième cycle. Je dois dire que je n’ai pas encore exploré tout le campus car il y a tellement de choses à voir et si peu de temps pour lire du matériel) et les classes sont beaucoup plus petites que prévu. Ce qui m’a le plus choqué, c’est de réaliser que toutes les universités n’utilisent pas le même système de référencement, et donc maintenant, après avoir maîtrisé pendant quatre ans le référencement de Cardiff à Harvard, je dois désapprendre pour faire place à un nouveau système de référence utilisé par ma faculté. Dans l’ensemble, l’expérience « d’être nouveau » m’a à nouveau appris la persévérance à persévérer même au cours des premières semaines où je me sentais perdu et parfois déplacé. Et il est également très clair pour moi que je ne suis pas le seul à ressentir cela. Que vous soyez nouveau à Warwick ou non, réussir dans une nouvelle vie de troisième cycle n’est pas une tâche facile. J’ai remarqué que parce que j’apprécie le sujet et la liberté relative du processus d’apprentissage par rapport à un baccalauréat, je suis plus disposé à maîtriser les défis que le diplôme apporte. Il vaut la peine de se demander si le cours que vous allez suivre pour votre maîtrise vous convient ou si vous souhaitez faire une maîtrise. L’année que vous passerez sera plus difficile à gérer si vous n’appréciez finalement pas le sujet choisi.

Lire  05

Réflexions sur le semestre 1 - S'habituer aux études de troisième cycle

3. Repenser les relations

J’ai aussi réalisé que les amitiés en tant que doctorant ne sont pas les mêmes qu’un baccalauréat. Bien que commencer vos études offre plus d’indépendance que d’aller à l’école, il existe encore de nombreuses opportunités toutes faites pour faire connaissance et éventuellement se faire des amis à long terme pendant trois ans ou plus avec les personnes que vous rencontrez dans vos études, clubs, colocataires , etc. de ces manières, les opportunités de troisième cycle sont les mêmes, mais vous n’aurez peut-être pas le temps d’aller dans les clubs ou vous ne verrez peut-être pas vos participants aux cours aussi souvent en raison de classes plus petites ou de temps de contact réduits (comme dans mon cas). Il est temps de trouver des moyens créatifs de rencontrer de nouvelles personnes. Ne négligez donc pas les événements de la Welcome Week en début de semestre, car ces événements m’ont permis de faire connaissance avec la plupart des gens et je suis toujours en contact avec certains d’entre eux. Il se passe toujours quelque chose à la SU et au Postgraduate Hub pour rencontrer plus de personnes en dehors de vos études. Vous aurez peut-être besoin de plus de patience que vous ne le pensiez au départ, car tout le monde est occupé par ses études et apprendre à se connaître peut prendre du temps. N’abandonne pas, tu le feras.

Voici donc quelques considérations sur le premier semestre, ce que c’est que de passer des études de premier cycle aux études de troisième cycle. Cherchez plus de réflexions sur mes blogs plus tard cette année.

Lire  Les études devraient-elles être traitées comme un travail de 9 à 5 ?

Add a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *