Vous n'êtes pas obligé de le faire seul : 5 conseils pour l'audit de groupe

Vous n’êtes pas obligé de le faire seul : 5 conseils pour l’audit de groupe

La misère aime la compagnie, dit le vieil adage – et ce n’est jamais plus vrai qu’à la saison des révisions de Warwick, lorsque le campus bruisse au rythme de centaines de silhouettes pâles et creuses qui traînent aveuglément alors qu’elles trébuchent de rendez-vous en rendez-vous. Et ce n’est que le personnel… d’Annette.

Et s’il y avait un autre moyen ?

Imaginez, au lieu de passer des nuits seul, vous réveiller en tremblant de peur alors que le fardeau impossible de la répétition se dresse devant vous, les yeux frais et brillants et la queue touffue, excités par les opportunités d’apprentissage et de consolidation qui vous attendent.

OK – en réalité, cela n’arrivera pas, car parfois, et surtout pendant la période des examens, la vraie vie ne rend pas tout à fait justice à la photo de couverture de la brochure universitaire ! Mais il existe un moyen d’atténuer la douleur et l’anxiété du Terme 3 : mettre en place un groupe de révision.

Le surmenage est traditionnellement quelque chose que nous faisons seul. Que ce soit par peur d’être distrait ou par peur de partager nos idées en public, l’image que nous évoquons en imaginant une révision est souvent celle d’un étudiant solitaire qui brûle l’huile de minuit tout en étant accroupi sur une montagne de paperasse. Je blâme Saint-Jérôme, le saint patron des érudits et des fournisseurs de crânes expérimentés.

Lire  Où commence et se termine la rivière Rouge ?

Add a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *