Au-delà de la bulle du campus

Au-delà de la bulle du campus

La vie sur le campus est une sorte de bulle : on apprend, on dort et on se rencontre dans un petit endroit. Mais il y a de la vie au-delà de la bulle ! Que ce soit à Coventry, à Leamington Spa, ou même à l’autre bout du monde… jusqu’où irez-vous ?

Lorsque j’ai accepté ma place à l’Université de Warwick, j’étais à la fois très enthousiaste et très préoccupée par l’idée de vivre sur le campus. Vais-je jamais voir de « vraies personnes » ? Où vais-je établir des contacts ? Est-ce que j’irai jamais Eh bien, il s’avère que la vie sur le campus est tellement amusante et je n’en ferai probablement l’expérience qu’une seule fois. J’aime avoir tout au même endroit et le sens de la communauté que crée la vie sur le campus. D’une manière étrange, cela crée la « bulle de campus » de Warwick.

Je l’ai ressenti surtout au cours de ma première année de vie sur le campus. Il était très difficile de séparer le travail universitaire de tout le reste de ma vie. L’avantage est que vous apprenez et socialisez essentiellement au même endroit, de sorte que vous n’avez jamais à voyager très loin. Mais cela en soi est très étrange !

Cette année, j’ai déménagé du Bubble à Leamington Spa. C’était une excellente occasion d’essayer quelque chose de nouveau et de voir ce que le « monde réel » a à offrir. Jusqu’à présent, la vie hors campus a été formidable. J’aime me rendre sur le campus en voiture tous les matins, me détendre dans la salle commune de ma faculté entre les cours et étudier dans la bibliothèque du cinquième étage. Le soir, je rentre à la maison et je sais que je peux me déconnecter et me détendre. Leamington est parfait pour cela : des cafés mignons à la vie nocturne animée, il y en a pour tous les goûts, surtout après une dure journée de travail.

L’année prochaine, je m’éloignerai davantage de la vessie. En septembre, j’apporterai toutes mes affaires sur le canal pour pouvoir passer mon année universitaire à Sciences-Po Lyon en France. Je suis à la fois très excité et très nerveux. Vais-je lutter avec la langue ? Aurai-je du mal à m’habituer à un nouveau pays ? Serai-je jaloux que mes amis obtiennent leur diplôme un an plus tôt que moi ? Croyez-moi, j’ai examiné toutes ces questions et plus encore. Mais je suis convaincu que ce sera une année bien dépensée. Pour moi, c’est une opportunité de m’immerger dans une nouvelle culture, de rencontrer de nouvelles personnes et de profiter réellement de mon diplôme d’études secondaires en français ! Ayant vécu dans un pays toute ma vie, j’espère que cette année à l’étranger élargira mes horizons et me donnera la confiance nécessaire pour chercher un emploi dans une région plus large lorsque je commencerai à chercher un emploi. De plus, je ne me sens pas prêt pour l’obtention du diplôme. Quoi de mieux pour étendre ces applications redoutées ?

Aussi loin que je sois de la bulle du campus, une partie de moi y restera toujours coincée. Personne d’autre ne comprendrait « cercles » ce qu’est le koan ou pourquoi l’Université de Warwick n’est en fait pas à Warwick ! Alors, où irez-vous au-delà de la bulle ?

Add a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *